CANADA : UN CHEF INDIEN ACCUSE LA POLICE DE L’AVOIR FRAPPÉ POUR UNE PLAQUE D’IMMATRICULATION EXPIRÉE

836

Le Canada est aussi concerné par les violences policières. Allan Adam, chef de la Première Nation des Chipewyans d’Athabasca, a accusé le 6 juin dernier les forces de l’ordre de l’avoir frappé violemment pendant un contrôle en mars dernier.

Avec la mort de George Floyd le 25 mai dernier, et les langues qui se délient sur les violences policières subies par les minorités à travers le monde, il a décidé de prendre la parole pour raconter son histoire. Selon lui, la gendarmerie royale du Canada (RCMP) s’est approchée de son véhicule alors qu’il quittait un casino avec sa femme. Les agents ont empêché la voiture de partir, à cause de la plaque d’immatriculation qui était expirée.

C’est à ce moment que la situation s’est complexifiée. Allan Adam est sorti pour expliquer qu’il avait oublié, car la voiture avait passé 60 jours aux mains de forces de l’ordre après que sa fille l’ait conduit sans permis. Ce qui n’a pas sembler convaincre l’un des policiers qui a sorti de force la femme d’Allan Adam, qui était la conductrice, de la voiture. Ce dernier est intervenu, et c’est alors qu’il se serait fait frapper par un agent alors qu’un autre le tenait. Le récit est accompagné d’une photo de l’homme, sur laquelle il apparaît avec un visage tuméfié et en sang.

Nous sommes une minorité, et personne ne prends la parole pour nous défendre», a-t-il regretté, alors qu’une jeune femme indigène a été tuée par cinq balles policières le 4 juin dernier dans des circonstances suspectes. L’avocat d’Allan Adam a demandé la publication de la vidéo de l’arrestation et la suspension du policier en question. En attendant, le chef doit comparaitre devant un tribunal le 2 juillet prochain pour résistance lors d’une arrestation et agression d’un agent.