Craignant le Covid-19, un capitaine chinois jette deux passagers clandestins tanzaniens dans un océan infesté de requins

722

Un capitaine chinois et son équipage ont plaidé coupable à une tentative de meurtre après avoir jeté deux passagers clandestins tanzaniens dans l’océan Indien par crainte de contracter le nouveau coronavirus.

Hassani Rajabu, 30 ans, et Amiri Salamu, 20 ans ont été secourus au large de la côte nord du KwaZulu-Natal en Afrique du Sud. Avant qu’ils ne soient jetés dans l’océan, Ils avaient reçu deux bouteilles d’eau potable et un gilet de sauvetage, rapporte the New York Post.

Ils avaient été secoués par des vents forts mais les courants marins avaient transporté leur radeau fragile vers la sécurité de la plage de Zinkwazi, bien qu’ils aient dû nager le dernier tronçon sur un récif rocheux.

Les habitants choqués les ont vus patauger à deux dans les vagues et les ambulanciers paramédicaux ont déclaré qu’ils souffraient d’hypothermie, de soif et de faim sans avoir reçu de nourriture et peu d’eau pour survivre.

Lorsque l’Agence sud-africaine de sécurité maritime a été informée de la situation. Elle a contacté le vraquier MV Top Grace par radio. Les naufragés s’étaient souvenus du nom du navire et que l’équipage avait « l’air chinois. »

Le navire de 600 pieds de long a été saisi lors de son amarrage à Richards Bay, plus au nord sur la côte, où la police a arrêté le capitaine du navire.

Le capitaine et son équipage Lin Xinyong, Zou Yongxian, Tan Yian, Xie Wenbin, Xu Kun et Mu Yong ont plaidé coupable de tentative de meurtre devant le tribunal de Durban jeudi dernier.

Le capitaine Rongli a été condamné à une amende de 5 361 dollars et chacun des membres de l’équipage à 2 680 dollars dans le cadre d’un accord de négociation de peine ratifié par le magistrat Garth Davis.