Espagne : Oumar D, un migrant guinéen décapite en pleine mer un Ivoirien qui a bu son jus d’orange (Les faits)

Tout les autres passagers du zodiac étaient traumatisés et apeurés après avoir vu comment le guinéen Oumar Diallo a sorti un long couteau et décapité l’Ivoirien qui avait bu son jus d’orange en carton.

Il a balancé la tête dans l’eau devant les 15 autres qui actuellement reçoivent un appui psychologique à Malaga.

Le zodiac avait quitté la plage marocaine de Kariat Arkmane ( près de Nador au nord de Maroc) le 5 juillet dernier avant d’être aborder par les sauveteurs maritimes espagnoles le 6 dans les eaux de ce pays en mer Alboran.

A bord voyageaient 17 migrants qui, un jour ont décidé de quitter la Guinée Conakry, le Sénégal, Mali et la Côte d’Ivoire à la recherche d’une vie meilleure en Europe. Quelques heures plus tard, un bateau de sauvetage maritime venait à la rescousse du zodiac des migrants. Seuls 16 arrivaient, il manquait un.

« Il lui a coupé la tête, c’est un fou, un assassin ! » criait apeuré un autre migrant Ivoirien, ami de la victime. Le volontaire de la Croix rouge qui tentait de le calmer affirme n’avoir jamais vécu un fait pareil.

La traversée de plus de 200 kilomètres se faisait de plus en plus longue sous un soleil accablant. La fatigue ( physique et psychologique) ajoutée à la peur perturbaient les migrants et la soif se faisait de plus en plus sentir.

Chaque migrant avait un petit pack composé d’un pot de yaourt, une bouteille d’eau et un peu de jus d’orange. Oumar Diallo, le patron du zodiac qui aurait facturé 2500 euros à chaque passager n’a pas apprécié que sa victime Ivoirienne boive son jus d’orange. Sa première réaction a été prendre sa machette et décapité selon lui le voleur de son jus devant la peur des autres, qui ont tremblé durant le reste de la traversée. Personne n’a réagit de peur de subir le même sort.

Internés dans un centre temporal pour migrants à Malaga au sud de l’Espagne, les 15 migrants sont encore sous le choc de cet assassinat et reçoivent un appui psychologique. Oumar Diallo, lui a été envoyé en prison par un juge en attendant son procès.

Personne ne comprend son geste et certains évoquent un envoûtement ou une malédiction. L’ami de la victime ivoirienne affirme que l’assassin était au Maroc, complice des passeurs qui dépouillaient de tous leurs biens et violaient des candidats à la traversée.

Source : elmundo