Pour des fesses rondes, elle perd bras et jambes

«J’ai payé le prix fort pour ma vanité. Je ne peux m’en prendre à personne si ce n’est me blâmer!» Apryl Michelle Brown rêvait de fesses rebondies. Cette mère de famille de deux enfants s’est alors tournée vers la chirurgie esthétique et son marché noir, révèle The Sun. Mal lui en a pris. Après deux injections de ce qu’elle croyait être de la silicone, elle développe une violente réaction allergique à ce qui se révélera être, en fait, du mastic pour salle de bains.

C’est l’une des clientes de son salon de coiffure qui lui conseille une personne qui réalise de telles interventions. «J’avais confiance en elle, car elle semblait très professionnelle, et je n’avais aucune raison de penser que quoi que ce soit de terrible allait se produire». Cette personne lui affirme alors que trois ou quatre séances d’injections seront nécessaires.

Elle court un triathlon

La première s’avèrera très douloureuse. Après la seconde, dans un éclair de lucidité, cette mère de famille prend conscience de la dangerosité d’injecter des produits inconnus dans son corps et décide de ne plus retourner chez cette personne. Mais le mal est déjà fait. Apryl Michelle Brown vivra des années durant dans d’atroces souffrances qui la conduiront, après diverses opérations et une gangrène, à l’amputation de ses quatre membres et d’une partie de son postérieur.

Cette mère de famille s’est pourtant promis, au sortir de l’hôpital, de réaliser un triathlon, afin de transformer cette terrible épreuve en victoire. Elle a pu réaliser son objectif il y a six semaines.